Pourquoi les somnifères sont-ils dangereux?

Pourquoi les somnifères sont-ils dangereux?

Dans cet article nous allons voir pourquoi les somnifères sont dangereux et ne font pas dormir. Nous verrons premièrement quels sont les types de somnifères prescrits habituellement. Deuxièmement nous aborderons leur fonctionnement sur notre corps puis troisièmement les effets sur notre organisme.

Par ailleurs, pour améliorer votre hygiène de sommeil de manière ludique avec des petits défis hebdomadaires à relever rendez-vous ici. 

Quels sont les types de somnifères dangereux prescrits habituellement ?

Les anxiolytiques

Ces médicaments sont destinés à traiter les troubles anxieux. Mais comme de nombreux troubles du sommeil sont dû à l’anxiété et au stress, ils sont parfois prescrits pour soulager l’anxiété du patient pour l’aider à trouver le sommeil.

Les hypnotiques font partie des somnifères dangereux

Ce sont des substances capables d’induire le sommeil ou de le maintenir. C’est-à-dire qu’elles agissent sur le système nerveux centrale pour donner un sommeil narcotique ou un coma.

Les antipsychotiques ou les neuroleptiques

Ils sont prescrits dans le traitement des troubles psychotiques chez l’adulte. Comme par exemple la schizophrénie ou les troubles bipolaires. 

Les antidépresseurs

Leur rôle est de  lutter contre la dépression. Souvent la dépression est une cause d’insomnie et se débarrasser de la dépression permet de retrouver le sommeil. Seulement les médicaments à eux seuls ne constituent pas une solution durable. Il faut y joindre un traitement psychologique ou comportemental pour travailler en profondeur sur les causes de la dépression. Surtout, il existe des antidépresseurs naturels pour accompagner cette prise en charge psychologique afin d’éviter les somnifères dangereux. Il serait donc dommage de ne pas essayer quelque chose de naturel. 

Comment fonctionnent sur notre corps les somnifères dangereux ?

Ces traitements sont détournés de leur fonction première pour traiter les troubles du sommeil. La plupart de ces traitements sont des benzodiazépines ou apparenté. Les benzodiazépines ont remplacé les barbituriques longtemps utilisés dans le traitement des troubles du sommeil pour leur côté anesthésiant. Cependant ils étaient beaucoup plus dangereux au niveau des effets secondaires. Mais cela ne veut pas dire que les benzodiazépines ne sont pas dangereuses elles aussi. Leur efficacité est de faible durée et elles entraînent rapidement une accoutumance ce qui réduit encore plus leur efficacité et fait revenir l’insomnie. Donc elles ne peuvent pas être arrêtés brutalement. C’est-à-dire qu’un sevrage doit être effectué. 

Pour faire simple, les benzodiazépines se collent sur les récepteur de GABAa (acide gamma-amino-butyrique) et favorise son action d’inhibiteur du système nerveux centrale. Pour une version plus approfondie c’est ici.  Cela perturbe le fonctionnement chimique normal du corps. L’accoutumance nous oblige à augmenter les doses et l’arrêt faire revenir les insomnies. Il ne faut donc absolument pas prendre ces traitements à la légère et bien savoir dans quoi on met les pieds. C’est-à-dire qu’il faut s’assurer qu’elle est vraiment indispensable avant de tenter cette expérience. 

Les somnifères sont-il dangereux pour notre organisme?

Ces médicaments ont surtout des effets secondaires dévastateurs. Au-delà de l’accoutumance et de la nécessité d’un sevrage dont à déjà parlé, ils agissent négativement sur la perception, la mémoire, ils augmentent le risque de chute chez les personnes âgées et les risques de démence ou de contracter la maladie d’Alzheimer. Normalement il faut les utiliser que sur une courte durée. Mais l’accoutumance fait souvent prolonger le traitement et entretien l’insomnie.

Les effets sur la conduite des somnifères dangereux

Tout comme pour le café, nous n’avons pas tous la même capacité à éliminer la molécule et cela peut provoquer des somnolences diurnes. La plupart de ses médicaments sont doté d’un pictogramme de vigilance de niveau 1, 2 ou 3

  • Le niveau 1 : il faut obligatoirement lire la notice avant de prendre le volant sans pour autant remettre en cause les capacités à la conduite.
  • Le niveau 2 : Il faut être prudent et demander à votre médecin dans quelles conditions vous êtes aptes à conduire ou non. L’avis du professionnel de santé peut remettre en cause la capacité à la conduite du patient.
  • Le niveau 3 : Il faut obligatoire l’avis d’un médecin et la capacité de conduire et remise en cause pendant la durée du traitement.  Liste des médicaments niveau 3.

Pourtant, la prescription de ces médicaments entraînent rarement un arrêt de travail. Et a moins d’utiliser uniquement les transports en communs, on prend sa voiture pour aller travailler, chercher ses enfants à l’école ou encore faire ses courses. Etant donné que ces médicaments ralentissent notre système nerveux nous sommes moins vigilants. Cela peut s’avérer très dangereux. De même, certains médicaments comme les antihistaminiques ou les myorelaxants peuvent également provoquer des somnolences diurnes. Par ailleurs, certaines interactions médicamenteuses peuvent se révéler très dangereuses. Indiquez systématiquement au médecin prescripteur votre consommation de café/thé, tabac, alcool, pamplemousse et autre traitement médical ou phytothérapie en cours. Il adaptera sa prescription en fonction de ça et vous dira si vous devez arrêter quelque chose ou pas et si vous pouvez conduire.  Référez-vous également à la notice du médicament.

Quels sont les effets des benzodiazépines sur notre sommeil ?

Comme nous l’avons vu les effets sont de courte durée et nous avons rapidement besoin d’augmenter les doses pour maintenir ses effets. Mais le pire dans tout ça, c’est que ça ne sert à rien. C’est typique de la médecine occidentale qui traite un symptôme et non la cause de ce symptôme. Vous manquez de sommeil ? Pas de problème, on sait créer un sommeil de synthèse à l’aide de pilules. Tant que vous n’agissez pas sur la cause de votre insomnie elle ne disparaîtra pas par enchantement. Et les pilules ne pourront rien pour vous non plus.

De plus il faut savoir que le sommeil induit par ces médicaments n’est pas naturel, il est donc “artificiel”. Même si en effet il permettent un endormissement plus rapide et une durée globale de sommeil plus longue, ils modifient également les phases de sommeil lent profond et paradoxal. Le sommeil lent léger et favorisé au détriment des autres. Or c’est le sommeil lent profond et paradoxal qui répare et recharge notre organisme. C’est pourquoi on se sent encore très fatigué le lendemain pendant la journée. Tout simplement le sommeil n’est pas de qualité ni réparateur et cela entretien l’insomnie. 

Conclusion les somnifères sont dangereux sans prise de précaution

Pour conclure , il ne faut vraiment pas prendre ce genre de traitement à la légère et prendre sa décision en toute connaissance de cause. Vous devez vous informer des risques auprès de votre professionnel de santé, notamment par rapport aux risques de conduite. Surtout, il ne faut pas oublier d’identifier sa cause d’insomnie et agir sur celle-ci également. Car le traitement seul ne résoudra rien. C’est-à-dire qu’ils ne sont pas efficaces sur votre sommeil et qu’en plus les somnifères sont dangereux et ne régleront jamais la cause de votre insomnie. 

N’hésitez pas à partager en commentaire votre point de vue.

Sources : http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/bien_dormir/ps_6232_sommeil_benzodiazepine.htm ; http://www.doctissimo.fr/medicaments/effets-secondaires-des-medicaments/medicaments-qui-entrainent-somnolences ; https://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/36fd6bd36152361b7a426456edabffce.pdf ; http://www.doctissimo.fr/classe-PJA-BENZODIAZEPINES-ET-APPARENTES.htm ; https://www.medisite.fr/fatigue-insomnies-les-medicaments-qui-empechent-de-dormir.76968.63.html?page=3

Laisser un commentaire